Plus d’exportateurs pour plus d’exportations ?

Les états européens encouragent leurs entreprises à se développer à l’export. Mais la croissance des exportations ne va pas toujours de pair avec le nombre d’exportateurs installés ou primo exportateurs. Et c’est d’autant plus difficile à évaluer que la définition et le comptage des entreprises exportatrices diffèrent d’un pays à l’autre.

Exportations de l’Union Européenne : Plutôt en valeurs dans le Nord, en nombre ailleurs

En valeurs exportées ou en nombre d’exportateurs, les pays de l’Union Européenne affichent des profils différents. Sans surprise, l’Allemagne reste le premier de cordée avec 25 % des exportations de l’UE et 19 % des entreprises exportatrices. Ses challengers forment un groupe homogène qui privilégie une structure en valeurs (Pays-Bas, France, Belgique) imités par la Tchéquie, l’Autriche ou l’Irlande. D’ autres pays européens ont un profil inverse avec un poids relativement important de leurs effectifs par rapport aux montants exportés (Italie, Royaume-Uni, Espagne, Pologne, Suède, Hongrie). Si le Danemark, la Roumanie et la Finlande sont à proportion, les plus petits exportateurs ont une surreprésentation de leurs nombres d’entreprises comparés à leurs chiffres d’affaires export. C’est le cas de la Slovaquie, du Portugal, de la Grèce, la Slovénie, la Lituanie, la Bulgarie, la Croatie et la Lettonie.

Effet de levier : pas pour tous

Évolutions en valeurs et en nombre d’exportateurs des pays de l’Union Européenne

A l’instar de l’Allemagne, le nombre d’entreprises exportatrices a progressé dans l’Union de 5 % en 5 ans pour un chiffre d’affaires export en croissance de 7,5 % en euros (en repli de 7,5 % lorsqu’il est exprimé en US dollars). Mais valeurs et nombre ne vont pas toujours de pair : Stabilité des exportations avec moins d’exportateurs pour les pays du Benelux ; une France stable en valeur et en nombre ; progression sensible du nombre d’exportateurs au Royaume-Uni sans effet en valeurs.

L’effet de levier fonctionne pour les exportateurs « en nombre » d’Europe du sud (Italie, Portugal, Espagne) ou de l’Est (Pologne, Slovaquie, Slovénie, Bulgarie). Dans ce groupe la Hongrie se distingue avec une progression de ses exportations couplée avec un recul du nombre d’exportateurs.

Inversement, Tchéquie, Irlande et Croatie privilégient une croissance en valeurs au détriment du nombre d’exportateurs

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :